Association Ila Souria
Syrie : reconstructions, immatérielles et matérielles ?
Colloques internationaux et multidisciplinaires
Études et recherches des expériences passées de reconstructions
Débats et échanges
Université Populaire Syrienne
"Lieu" de résilience, de prospection et de projection
Soutiens universitaires et connaissances pratiques
Avec, pour et par les syriens...




Rendez-vous mensuels et conviviaux, pour débattre autour d’un buffet des sujets d’actualités de l’Université Populaire Syrienne et ainsi y contribuer tous ensemble.

Principe du « Café citoyen » : processus participatif et créatif pour faciliter le dialogue constructif et le partage de connaissances et d’idées, en vue de créer un réseau d’échanges et d’actions UPS. Dans l’ambiance d’un café, les participants débattent d’une question ou d’un sujet en petits groupes avec un changement régulier de tables et d’interlocuteurs. Méthode participative pour favoriser la tenue de conversations significatives. « Outil » qui permet d’engendrer des échanges productifs en peu de temps et de dresser des cartes créatives et prospectives.

* Sur réservation (dans la limite des places disponibles) : écrire à contact@ilasouria.org

#9 – Café « La petite cuillère », Montréal, vendredi 23 septembre 2016
En partenariat avec l’association « La maison de la Syrie »
Dans le cadre du Festival des cultures syriennes de Montréal

Comment vivre et reconstruire ensemble en (la) Syrie?
La culture, un élément fédérateur

Soirée présentée et encadrée par Lise Noël, intervenante sociale au Centre Saint-Pierre ; Claude Yacoub, président de l’association Ila Souria et Youssef Shoufan, président de l’association La maison de la Syrie

#8 – Ligue des droits de l’homme, Paris, vendredi 16 septembre 2016
En partenariat avec le Collectif des amis d’Alep et dans le cadre de « Porter la voix des journalistes d’Alep

Projet de la Maison de Palmyre
Soirée présentée et encadrée par Mohamad Taha, archéologue ; et co-animée par Rafif Rifai, artiste plasticienne, pédagogue

C’est le dessein d’une association (Maison de Palmyre) qui a pour but d’encadrer la société civile de cette cité millénaire, pour la faire évoluer et la former et ainsi la rendre capable de la reconstruire à tous les niveaux. Cette reconstruction ne visant pas seulement (que) le matériel, mais bien tous les aspects vitaux de cette cité et de son environnement. Le plus important étant la reconstruction de l’humain et plus particulièrement la génération des enfants, qui demeure aujourd’hui la grande perdante dans ce contexte actuel.
Ce projet était au départ le rêve d’un groupe de jeunes enfants de la ville, projet maintenant porté et mené par les volontés et énergies de ses habitants ainsi que celles d’amis ou d’individus ayant aimé cette ville pour ses monuments historiques et aussi pour ses habitants.
Aujourd’hui – après la destruction de la ville et le déplacement massif de ses habitants, et les conséquences attendues de la ruine et de cette dispersion, qui ont atteint l’individu Tadmorien, à tel point que son identité est vraiment menacée de disparition – nous pensons que la ville a besoin plus que jamais du retour de ce rêve et qu’il est urgent de le transformer en une réalité imminente.
Programme de la soirée :
– Introduction avec une présentation de la ville de Palmyre : cartographie, images du quotidien, les palmyriens, …
– Présentation du projet de la Maison de Palmyre : historique, membres, partenaires, projets, objectif, …
– Tours de tables.
– Conclusions.

Brochure de la soirée (PDF) : cliquer ici

#7 – Ligue des droits de l’homme, Paris, vendredi 18 mars 2016
En partenariat avec le Collectif des amis d’Alep et dans le cadre de « Porter la voix des journalistes d’Alep

Nous, peuple syrien (volet 3) « Young Syrian Lenses »
En présence de quatre journalistes,
citoyens-reporters de la ville d’Alep, en visite en France : Louai Abo Aljoud, Zein al-Rifai, Reem Fadel et Youcef Seddik
Soirée présentée et encadrée par Claire A. Poinsignon et Marc Hakim

Quand la révolution éclate en Syrie en mars 2011, la première liberté que les Syriens s’approprient est celle d’informer dans un pays où tous les organes de presse sont totalement muselés par un régime omniprésent. Dès les premiers rassemblements, les manifestants se filment et se photographient pour informer et faire connaître la nature pacifique de leur mouvement, d’abord à l’intérieur du pays puis à l’étranger dans l’espoir d’obtenir un soutien de la communauté internationale. C’est ainsi qu’apparaissent de nombreux citoyens-reporters dont certains se sont professionnalisés par la suite. Trois de nos invités ont suivi ce cursus à mi-chemin entre apprentissage par nécessité sur le tas et véritable formation professionnelle.

Brochure de la soirée (PDF) : cliquer ici
Vidéos de la soirée : cliquer ici

#6 – Café Le Michel, Strasbourg, vendredi 22 janvier 2016
En partenariat avec l’association Alsace-Syrie

État des lieux, état de veille : comment protéger le patrimoine archéologique syrien pris en otage ?
Soirée présentée et encadrée par Mohamad Taha (archéologue) et Cheikhmous Ali (docteur en archéologie du Proche-Orient ancien à l’Université de Strasbourg)

Pour commencer cette soirée, Michèle Abbas a présenté les actions de l’association Alsace-Syrieune suivi d’une présentation de Claude Yacoub de l’association Ila Souria et de son projet phare : l’Université Populaire Syrienne et des Cafés citoyens UPS, cadre de ces échanges autour de la question du patrimoine syrien.
Mohamad Taha et Cheikhmous Ali ont par la suite abordé les questions suivantes : Quelles mesures prendre pour protéger ce qui reste encore à préserver ? Comment mettre en réseau chercheurs, universitaires, associatifs pour des projets et des actions sur le terrain ? De quelle façon aider les relais en Syrie pour agir ? Comment former des spécialistes de cette préservation et de ces « reconstitutions » à venir ?
Ce Café citoyen (avec une trentaine de participants) a débattu autour de ces questionnements (liste non exhaustive) avec comme but la conception et la mise en place d’un MOOC (Massive Open Online Course – Formation en ligne et à distance) en lien avec le patrimoine syrien.

Brochure de la soirée (PDF) : cliquer ici
Vidéos de la soirée : cliquer ici

#5 – Centre international de culture populaire, Paris, mardi 15 décembre 2015

Nous, peuple syrien (volet 2) : Présentation d’un MOOC (Massive Open Online Course – Formation en ligne et à distance) avec comme thématique : « Syrie : les images vidéos de la révolution »
Ce projet s’appuie sur le séminaire qu’a animé Cécile Boëx, signataire de l’UPS et maître de conférence à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 2013-2014.
Soirée présentée et encadrée par Claire A. Poinsignon (journaliste indépendante) et Marc Hakim (médecin santé publique)

Des vidéos ont été jetées par centaines de milliers dans l’océan du Web comme autant de bouteilles à la mer par les activistes syriens. Que nous apprennent-elles sur le soulèvement, la répression du régime, la militarisation de l’opposition, la guerre civile, la radicalisation d’une partie des rebelles encouragée par le régime, la montée en puissance des djihadistes ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous nous appuierons sur le séminaire qu’a animé Cécile Boëx, signataire de l’UPS et maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 2013-2014.
Séminaire que Claire A. Poinsignon a suivi dans l’idée de partager ces contenus avec d’autres par la suite. Contenus que Marc Hakim a complétés et enrichis en s’appuyant sur sa connaissance de l’arabe et sur la « mémoire vivante de la révolution » qu’il porte en lui.
De ce travail en tandem est née l’idée de ce MOOC.

Brochure de la soirée (PDF) : cliquer ici
Vidéos de la soirée : cliquer ici


#4 – Centre international de culture populaire, Paris, mardi 3 novembre 2015

Nous, peuple syrien (volet 1) : Présentation de la « Charte de la liberté »
(« Freedom Charter », Free-Syria – Foundation to restore equality and education)
http://www.free-syria-foundation.org/freedom-charter.html

Soirée présentée et encadrée par Claire A. Poinsignon (journaliste indépendante) et Marc Hakim (médecin santé publique)

Programme de la soirée :
Vidéo de Rafif Jouejati (directrice de Free-Syria Foundation) – Méthodologie adoptée pour l’étude, rédaction de la Charte et développement de la deuxième phase du projet (la collecte de signatures) – Premier tour de table avec mise en commun – Diaporama avec les résultats de l’étude – Second tour de table avec mise en commun – Adoption de la Charte et appel à la signer et à la faire signer – Conclusions.

Charte de la liberté, cliquer sur la langue désirée : FrançaisArabeAnglais
Rapport de la Charte (en anglais) : cliquer ici
Brochure de la soirée (PDF) : cliquer ici
Diaporama de la présentation de la Charte : cliquer ici
Synthèses (PDF) : cliquer ici
Vidéos de la soirée : cliquer ici


#3 – Centre international de culture populaire, Paris, mercredi 1er juillet 2015

Fatigue (ou épuisement) de compassion
« Mourir d’épuisement comme un caméléon sur une jupe écossaise »

Soirée présentée et encadrée par Lise Noël
Intervenante sociale et formatrice au Centre Saint-Pierre à Montréal

La compassion, c’est « se soucier de, s’intéresser à »… chez l’aidant, c’est ce « désir fort d’alléger la douleur ou d’enlever sa cause ». « La compassion, parce qu’elle procède d’un consentir, est une force dévouée… » (Ari Gounongbé). La compassion, c’est aussi cette énergie qui nous pousse à nous mettre en mouvement, à nous engager …

Cette fatigue peut toucher les personnes qui ont un lien significatif avec des personnes souffrantes ou exposées au vécu émotionnel de victimes de façon répétée et qui veulent aider. On parle beaucoup de l’épuisement chez les professionnels de « l’aide ». On retrouve des similitudes chez les aidants, les activistes et les citoyens engagés.

Ce café citoyen a proposé une réflexion et un partage autour de la notion de « fatigue de compassion ».
Quels sont les éléments qui la distinguent du surmenage, du burnout ?
Quels sont les repères qui nous permettent de détecter et reconnaître les signes de « l’usure de compassion ».
Comment prévenir, ne pas se blesser et s’user à la souffrance de l’autre ?

Autour de deux ouvrages de référence (cliquer sur leurs titres pour télécharger des extraits) : « Accompagner sans s’épuiser » de Michelle Arcand et Lorraine Brissette, Éditions ASH, 2012 & « Fatigue de la compassion » de Ari Gounongbé, Éditions PUF, 2014.
Brochure de ce café citoyen : cliquer ici
Test d’Usure de Compassion (TUC) – Il vous est conseillé d’imprimer ces 4 pages pour réaliser ce test : cliquer ici
Les 5 vidéos de cette soirée : Introduction ; Synthèses de la premières ronde ; Mode d’emploi du TUC, Genres et titres de livres (en conclusion de « Accompagner sans s’épuiser ») ; Conclusions  : cliquer ici


#2 – Maison des Associations de Solidarité, Paris, vendredi 12 juin 2015
Une introduction à la première formation UPS à Paris : “Initiation au métier d’éducateur populaire“ qui a eu lieu le samedi 13 juin
En présence des animateurs Laurence Cernon et Christophe Chigot du Crefad Lyon et Pierre Dévrieux de la Fédération des MJC en Rhône Alpes. La soirée a commencé par les présentations individuelles des formateurs, basées sur trois histoires personnelles d’Éducation populaire. Le but de ces histoires étant de susciter les questionnements. Les participants par la suite se sont regroupés par groupes de 4 à 5 personnes pour définir leurs questionnements. Ceux-ci ont été recueillis et « enregistrés », et les réponses, hypothèses et pistes de réflexion se sont construites de façon collective.
Télécharger la brochure de ce Café citoyen UPS : cliquer ici
Sa synthèse : cliquer ici
Ses 11 vidéos sur  notre chaine YouTube : cliquer ici


#1 – Centre international de culture populaire, Paris, mardi 12 mai 2015
« Mode d’emploi et construction de l’Université Populaire Syrienne » ont été débattus durant plus de trois heures par une cinquantaine de participants, essentiellement signataires de l’UPS. Des hôtes de table encadraient les participants par groupe de 6 avec une durée maximum des échanges de 30 minutes. Après deux « tours de tables, les « hôtes » ont présenté les grandes idées et les propositions avancées par les contributeurs.
Suite à ces échanges, aussi fructueux que conviviaux, nous avons réuni les documents suivants, réalisés à partir des notes des “hôtes de tables“ et des retours de certains participants :
Synthèse(s) : cliquer ici
Proposition d’un Lexique UPS : cliquer ici
Web ressources : cliquer ici
Vous pouvez aussi télécharger la brochure de ce premier Café citoyen UPS : cliquer ici

* Documents que vous pouvez télécharger pour mieux appréhender l’univers des Cafés « urbain », « du savoir » et « Word Café » ; comment les organiser et les animer, et les « suites » à … (cliquer sur les titres suivants pour télécharger ces documents)
Café urbain : mode d’emploi – Centre Saint-Pierre
Café du savoir – Centre Saint-Pierre
Word Café – Café à emporter…


  Copyright © 2013-2017 - ilasouria